Naissance de Nino, puis celle de Colin...

samedi 17 mars 2018
par  Emilie G

Nous voilà parents de deux enfants sans connaître ce qu’est une naissance médicalisée.

A chaque naissance ses particularités,

A chaque accouchement des convictions et des doutes.

On doit désapprendre tout ce qu’on croit savoir d’un accouchement,

Avoir un regard critique sur les protocoles des maternités,

Faire fi des peurs silencieuses de l’entourage,

mais surtout, nous sommes à l’écoute de ton analyse clinique, ta posture confiante dans le processus naturel de la naissance.

Tu es rassurante,

Tu as eu parfois confiance en moi pour deux, me regalvanisant et m’aidant à trouver en moi les ressources nécessaires pour donner la vie à mes garçons.

Donner la vie à tes côtés est rassurant.

Tu nous as accompagnés dans le respect de chacun, mes enfants, mon compagnon et moi.

Donner la vie à tes côtés

C’est pouvoir rugir à chaque contraction sans appréhension d’être jugée

Boire de l’huile de ricin, faire des tours de lac pour accélérer le travail

Voir son cher et tendre courir avec des tuyaux et des gamelles d’eau

S’allonger dans l’eau à 38° en plein travail, (jubilatoire !)

Pousser parce que c’est le corps qui le sait

crier encore plus caverneusement

Recevoir, les mains tremblantes, le corps de son bébé dans l’eau

Sentir le pouls du cordon ombilical sous ses doigts

Le laisser s’éteindre à son rythme

Garder bébé collé à soi des heures, la nuit

voila le court récit de la naissance de Colin, mon deuxième enfant

un bébé serein, joufflu, chevelu !

MERCI pour l’histoire que tu nous permets d’écrire dans la vie de notre famille

Tu es une résistante et qu’il est bon de combattre à plusieurs

Tu es seule en tant que professionnelle dans ta pratique au jour le jour, mais toutes les familles à qui tu as permis de vivre leur idéal de naissance sont dans tes valises, tracées sur tes piscines, dans la mémoire de tes mains…

MERCI


Commentaires

Brèves

12 mai 2015 - Citation de William Reich

« Pour le sage qui veut transformer le monde il faut chercher la solution chez le nouveau-né. La (...)

1er mars 2015 - pensée de Michel ODENT, gynéco obst Français

" on ne peut pas aider un processus physiologique... ! Il s’agit de ne pas l’entraver (...)